Catégorie : Tech

Mais que reproche-t-on à Serge Aurier ?

Bonjour à tous. Il nous a bien fallu plus d’un mois pour pondre le premier article de l’année sur lepetitnegre et nous ne nous en n’excusons pas. Il faut dire que la moitié de notre équipe avait fuit une Europe mise à feux et à sang par les terroristes du Moyen Orient du moins c’est ce que nous disaient quotidiennement certains médias spécialisés. Nous avons donc pris le temps de nous ressourcer au Nord, Centre et Sud du continent et puis nous sommes revenus à Mbeng profitant de l’accalmie apparente.

Mais que reproche-t-on au classement Forbes Afrique/TraceTV ?

Alors que je flanais tranquillement sur Youflix ou NetTube c’est selon,  tel ne fut pas ma surprise de recevoir dans mon INBOX  le classement FORBES Afrique/TraceTV des artistes blédards les plus influents de la planète musicale de 2015. Pas une, pas deux, j’ai parcouru la liste et de mémoire de blédard, je n’avais jamais était autant déçu… sauf peut-être quand Asamoah Gyan a raté son penalty à la coupe du monde 🙁 .

Eureka: Safo Kantanka

Sur lepetitnegre.com nous vous avons habitué à la découverte d’inventeurs, d’innovateurs et d’entrepreneurs blédards. Mais un regard rapide sur la liste de ceux que nous avons déjà évoqués montre une domination quasi totale du secteur de TIC. D’aucun vous dira que c’est normal car c’est pour les pays émergents le secteur le plus jeune et donc à fortiori le plus ouvert. Il n’empêche que lorsque l’on jette un coup d’œil au Top 10 des fortunes du bled que nous spam chaque semaine le magazine Forbes force est de constaté que ces fortunes sont faites dans les secteurs dits traditionnels. C’est ce constat mais pas seulement qui nous ont poussé à nous intéresser au ghanéen Safo Kantanka.

Les 9 Conseils de Mark Kaigwa

Qui est Mark Kaigwa ? Je ne le savais pas il y à 24 heures et contrairement à vous j’en ai honte. En effet, chez lepetitnegre.com nous sommes les premiers à nous plaindre que les blédards n’ont pas assez de figures emblématiques, de personnes qui incarnent des idées ou simplement des « roles models » comme disent les anglos. Et bien Mark Kaigwa est l’un de ceux là dans le monde du net et des nouvelles technologie. Qui plus est il tient un blog et s’exprime donc régulièrement sur le sujet. Lors du récent Salon DEMO Africa 2013 (dont vous n’avez pas entendu parler et moi non plus parce que nous somme fainéants comme cela) Mr Kaigwa c’est livré à un exercice de synthèse. Il a cherché à tirer les leçons pour l’avenir sur base des projets présentés par les 40 finalistes blédard. Ça tombe bien j’aime bien les listes je vais donc commenter chacun de ces points.

Skype qui peut

« Ma liberté s’arrête où commence celle d’autrui. » disait un inconnu du nom de Jipé Sartre. Manifestement cette maxime n’a que très peu fonctionné pour les frères blédards d’Éthiopie. En effet, il viennent d’être privé de leur e-liberté dans l’ignorance quasi générale. Si on en croit les organes de presse internationaux qui en ont fait écho, les autorités éthiopiennes ont profité d’un moment d’égarement de la population pour faire passer une loi qui pénalise l’usage d’une célèbre plateforme de communication basée sur internet. Info ou intox ? LPN fait semblant d’enquêter.

Eureka : .Africa

Pour ceux qui ne le savent pas encore, la dernière frontière ne se trouve plus sur terre ou sur la mer, mais bien sur internet. Alors que l’on continue à s’étriper au bled pour de la terre, sur le restant de la planète, la question du positionnement d’un pays ou de ses industries sur la toile fait rage. Et pour se démarquer des autres, il n’y a pas mieux que de créer son propre espace où l’on peut montrer à qui veut bien le voir ce dont on est réellement capable. C’est dans cette optique que les pays du bled veulent introduire le .africa !!

Barbecue et diplomatie

Régulièrement sur LPN nous nous interrogeons sur la fonction d’ambassadeur au bled. Non, qu’ils ne servent à rien, mais, souvent, nous sommes amenés à remettre en question, non pas leur fonction, mais plutôt leurs missions. Mais tout cela mesdames et messieurs, je vous le dit, c’est terminé. Et pour cause, grâce à mon système sophistiqué d’écoutes et de renseignements en tout genre (plus connu son le nom de flux RSS) je suis en mesure de vous dire ce à quoi nos diplomates servent.