EP#46: CAF-arnaum

Les meilleurs moments du podcast enregistré le Dimanche 2021.03.28. Avec la participation de Masta P, du Rédac Chef et de JLB.

EP#45: Ngozi Okonjo-Iweala et Cie

Les meilleurs moments du podcast enregistré le Dimanche 2021.03.28. Avec la participation de Masta P, du Rédac Chef et de JLB.

EP#44: Rogue (La Review)

Les meilleurs moments du podcast enregistré le Dimanche 2021.01.15. Avec la participation de Masta P, du Rédac Chef et de JLB.

5 raisons contre la restitutions d’œuvres d’art africain

Pas de débat constructif sans avocat du diable dit le dicton ? Eh bien nous allons nous livrer à l’exercice. Pour rappel, la dernière fois nous avons défendu bec et ongles le retour à la maison des oeuvres d’art africains entreposées en Europe et ailleurs. Ici nous allons donc trouver les 5 raisons majeures pour au contraire les garder là où elles sont. C’est parti.

Sculptures Dogons, en provenance du Mali, au Quai Branly à Paris, en 2011 (photo d’illustration) – Reuters

Pourquoi nous envahissent-ils? (part four)

Dans le premier article de cette série, je décrivais une situation dans laquelle l’envahi était toujours supérieur à l’envahisseur. Mais ça, c’était avant.
Dans le deuxième article, j’ai démontré que si l’on lui donnait l’occasion, l’envahisseur pouvait devenir plus riche que l’envahi. Mais cet état de fait n’est pas encore optimal.

Pourquoi nous envahissent-ils? (part three)

Je nous ramène en Afrique du sud en 1995. La finale du championnat du monde se joue entre l’Afrique du Sud et la France. On est dans la ligne droite du film Invinctus où les Springboks baragouinent l’hymne national sud-africain. L’Afrique du Sud remporte la partie mais tout cela me semble trop romancé.

5 raisons pour la restitutions d’œuvres d’art africain

Le débat serait en train de battre son plein en Belgique si cette fin d’année n’avait pas connu le hold up médiatique des gilets jaunes puis celui de la crise gouvernementale. Mais il est claire que la réouverture prochaine du musée royale de l’Afrique centrale est l’occasion rêvée pour ramener au devant de la scene l’éternel débat sur la restitution des ouvres d’arts du bled. J’ai malheureusement perdu au tirage au sort ce qui fait que je dois défendre ceux qui veulent à tout prix le retour des biens mal acquis. Je ne vous cache pas que j’avais de succulent arguments abondant dans l’autres sens mais bon je vais essayer de faire honneur au camp des « réstitutionistes ».