Catégorie : Points de Vue

Trump et nous ? pour l’instant c’est au moins une comédie

Depuis que le monde est globalisé, il y a un show qui occupe le monde tous les 4 ans. Ce n’est pas la Coupe du Monde de Foot, ou les Jeux Olympiques, mais les élections américaines. Le blédard, riche ou pauvre, trouve son champion et nourrit en lui les plus grands espoirs pour le continent mère…

Mais que reproche-t-on à la paix ?

Ces derniers temps un blédard est une personne qui a un avis sur ce qui se passe au Gabon. Car tout blédard, de Casablanca à Nairobi est au courant de ce qui vient de se dérouler au pays de l’Iboga. De la campagne présidentielle très chahutée, au jour de l’élection calme, à la longue série de rebondissements qui conduisent aujourd’hui Ali Ben Bongo Odimba à son investiture pour un second mandat. L’Afrique a vécu, regardé et disséqué minute après minute l’évolution du score de ce match décisif dans l’évolution du sport roi au bled: l’investiture à la plus haute fonction de l’État.

Mais que reproche-t-on au classement Forbes Afrique/TraceTV ?

Alors que je flanais tranquillement sur Youflix ou NetTube c’est selon,  tel ne fut pas ma surprise de recevoir dans mon INBOX  le classement FORBES Afrique/TraceTV des artistes blédards les plus influents de la planète musicale de 2015. Pas une, pas deux, j’ai parcouru la liste et de mémoire de blédard, je n’avais jamais était autant déçu… sauf peut-être quand Asamoah Gyan a raté son penalty à la coupe du monde 🙁 .

Le faux-rmidable événement

La nation des kényans sévissant sur les réseaux sociaux est sans dessus dessous. La cause: un hashtag qui se repend inexorablement comme ebola en Afrique de l’ouest #MyBukusuDarling. En deux mot il s’agit d’une histoire d’amour entre un kényan de la tribu des bukusus et d’un kényane d’origine pakistanais. Pour un publique de qualité comme celui de lepetitnegre point com il n’y a pas matière à polémiquer. Mais pour le Kenya des réseaux sociaux les commentaires et blagues n’ont pas manquer de fuser. C’est l’occasion pour revenir sur la série de faux formidables événements blédards qui ont été véhiculés sur la toile lors de cette première partie de 2014.

Le Monde de La Coupe – Brésil 2014 – Ep.1

Comme tout le monde j’ai eu beaucoup de difficultés à rester concentré et éveillé cette semaine passée. La faute à qui ? La faute à cette foutue Coupe du Monde de football. En effet les organisateurs ont pensé que mettre des matchs à 3h du matin c’était une bonne idée. Et comme nous vivons dans le monde de l’hyper information, il n’y a plus moyen de sortir des phrases du genre: « j’enregistre ça et je regarde le match tranquillement demain ». Pas possible. Entre le lever et le petit-déjeuné on vous aura déjà « spoillé » le score à 5 reprises voire plus si comme moi vous venez de ce que les bibloss appellent de façon erronée une famille nombreuse. Quoi qu’il en soit je vais vous livrer en vrac mes observations sur cette premières semaine de compétition.

L’énigme Samantha Lewthwaite

White Widow

Le monde est mondial. On arrête pas de le marteler sur ce site. Et quelle meilleure (et triste) illustration de ce principe que le terrorisme. Insuffler la peur à la population au travers de violents attentats: telle est la « mode » qui a l’air de s’être déversée sur le bled. Kenya, Somali, Nigeria, Ouganda et j’en passe: ça pète partout. Sans rentrer dans les détails du pourquoi et du comment, car je le rappelle les vrais journalistes font ça mieux que nous, je voulais m’intéresser à un personnage qui est un symbole incompréhensible du mouvement: Samantha Lewthwait plus connue sous le nom de La Veuve Blanche.

Le Foyer Polygamique: Ep 99

Ils l’ont fait. Le Président du Kenya a signé la mise à jour 2014 de la loi sur le mariage. L’article star de cette loi est bien sûr la légalisation de la polygamie. Évidemment les réactions de désapprobation n’ont pas manqué de fuser de toutes parts. Même les habitants de pays ayant autorisé le fameux «mariage pour tous» se déclarent choqués. Pourtant à l’instar de ce dernier mouvement la légalisation de la polygamie n’est que l’inscription dans la loi de comportements constatés dans le pays depuis la nuit des temps. Je m’en vais donc dans la suite de ce billet exposer l’hypocrisie des détracteurs de la loi kényane qui se trompent encore une foi de combat.